Messages

Affichage des messages du 2020

Notre bain quotidien

Image
La Parole de Dieu est remplie de symboles et c'est une des raisons qui font d'Elle une expérience profonde et vivifiante. Quand on lit les comparaisons extraordinaires que Dieu fait en se disant Lumière, Feu, Marteau, Semence et Pain, on comprend toute l'étendue de son caractère et de Sa capacité à agir dans nos vies de mille et une façons...

La lumière est merveilleuse. Elle nous éclaire et éclaire notre chemin (Psaumes 119:105). Elle nous fait voir les coins sombres de notre âme (Éphésiens 5:13), de la même façon que l'on découvrira un coin sale de notre chambre avec un meilleur éclairage. Ce n'est pas pour rien que l'on porte des vêtements foncés. On y voit les taches moins facilement, n'est-ce pas?

Dieu est aussi un feu, et un feu dévorant de surcroît. Ce feu pourrait nous brûler, mais il peut aussi et surtout nous purifier. La Bible nous parle de l'argent et de l'or que l'on passe au feu pour enlever toutes impuretés (Zacharie 13:9). Passe…

« THE LAST DANCE » : Le goût amer de la recette « Jordan »

Image
Au risque de faire une déclaration incendiaire, je suis un peu déçu de constater toute l'étendue de l'attitude que Jordan a choisi d'utiliser pour carburant durant sa carrière d'indéniable GOAT. Je me souviens très bien de la finale des Bulls contre le Jazz en 1998. Je l'avais enregistré sur VHS et écouté tôt le lendemain matin avant d'aller à l'école (parce que c'était période d'examen et mes parents ne voulaient pas que je me couche trop tard, bien sûr! :) )



C'était l'époque ou Dennis Rodman était un de mes joueurs préférés juste avant l'ascension de Kobe. Mais c'était malgré tout évidemment Jordan mon « vrai » joueur préféré, parce que c'était la chose logique à affirmer pour un jeune ado de 12-13 ans.

Bon, c'est sûr que j'ai toujours su que Jordan était un trashtalker comme pas un. Je connaissais les histoires de batailles avec ses coéquipiers durant les pratiques et celle du fameux shutdown de Kukoc aux Olympiques. J…

Ça vas-tu bien aller?

Image
Dimanche dernier, Martin Petit a fait une apparition à la dernière de la saison de « Tout le monde en parle ». Durant son entrevue, il a fait le point sur la pandémie, sur cette phrase en perte de sens, « ça va bien aller » et sur ces arcs-en-ciel qui n’en finissent plus de sécher et de se décolorer à cause du soleil qui frappe ses dessins affichés dans les fenêtres de bien des Québécois.

Entre plusieurs blagues, il rappelle qu’il est père de famille et fait la remarque suivante : il est un peu malgré lui celui qui utilise cette phrase le plus dans sa maison.

Il le dit à ses enfants avant de les mettre au lit, quand ils lui font part de certaines inquiétudes. Il le dit aussi à sa conjointe dans un contexte similaire. Mais à la fin de la soirée, quand il va lui-même se coucher, il dit se retrouver là, les yeux bien grands ouverts, constatant que personne n’est là pour le lui dire, à lui, que « Ça va bien aller ».
« Je suis tout seul, je regarde dehors, et il n’y a personne pour me dir…

Le virtuel, un monde aux possibilités... presque infinies

Image
Je surfais récemment sur un groupe Facebook qui aborde le sujet de l'évangélisation digitale/numérique. On y avait mis un lien vers un article qui parlait d'une personne qui avait suivi des études bibliques virtuelles. Mais pour bien préciser, on ne parle pas ici d'un cours par correspondance ou à progression à son propre rythme en ligne. On parlait plutôt d'un pasteur qui utilisait une plateforme de réalité virtuelle et qui, à l'aide de son avatar, allait à la rencontre d'autres usagers dans le but d'aborder et d'ouvrir un dialogue spirituel. Éventuellement, une de ces conversations s'est transformée en étude biblique, puis finalement en conversion, le tout à travers le virtuel.

Cette personne n'avait de réel contact social avec autrui qu'à travers le web. Elle était donc peu encline à vouloir rencontrer physiquement d'autres personnes. C'est pourquoi, suite aux études et à la proposition du pasteur, elle accepta volontiers de se fa…

Lui, à l’arrière, dormait, la tête sur un coussin.

Image
La Covid-19 en pousse beaucoup à "Coper" avec leur stress. Pour beaucoup de gens la seule façon qu'ils connaissent est malheureusement la SAQ que j'ai envie d'appeler avec clin d'oeil : le Sanctuaire des alcools du Québec ;), et qui lui, ce lieu de culte, n'est pas fermé, bien évidemment.

Bon je dis ça, mais je comprend le désordre que cela pourrait créer pour les gens qui sont dépendants.

Mais c'est néanmoins le reflet de la réalité de beaucoup de gens qui n'ont plus de bouée face aux crises qui les entourent et qui les dépassent, pour gérer et calmer leurs émotions.


Prendre un verre de bière mon minou? 

Une fois l'effet dissipé, la gueule de bois et l'anxiété nous attendent de pied ferme là où ils sont restés tout ce temps. Tout le monde est aux prises avec des angoisses reliées aux situations difficiles comme celle de la Covid-19. Mais tous ne sont pas outillés également pour les gérer... Certes il nous faut connaître les méthodes nature…

La nostalgie une maladie?

Image
Est-ce que vous saviez que la nostalgie a déjà été considéré comme une maladie? En fait, saviez-vous que l'origine de ce mot est en fait médical, et qu'il était employé pour expliquer l'état de certains soldats qui devenaient déprimés ou dépressifs lorsqu'en mission? 
On disait d'eux qu'ils souffraient de nostalgie.
Pour un chrétien, le souvenir de notre vie passée, avant Jésus-Christ, ne devrait pas, normalement nous faire souffrir. Bien au contraire, d'ailleurs. Pourtant je crois qu'il y a un bon nombre de chrétiens qui souffrent de nostalgie.
Si, par exemple, on justifie certaines de nos décisions en en appelant de la nostalgie d'antan et que ces décisions sont contradictoires avec la nouvelle personne que nous sommes devenue, je crois qu'il s'agit ici d'un symptôme qui pointe vers cette proverbiale pente toujours plus glissante.
La bible nous dit qu'en Christ "les choses anciennes sont passées et que toutes choses sont devenues …

Un choc.

Image
Comme plusieurs, j'ai été bouleversé en entendant cette nouvelle. 

Nos héros sportifs représentent souvent beaucoup plus qu'on veut bien se le laisser croire. Même si eux ne nous connaissaient pas, on a le sentiment nous, de les connaître... 

Parce que c'est toutes ces heures à lire le SLAM magazine, à crier "KOBE!" en shootant un fadeaway dans le driveway, dans le gym, dans la cour d'école ou dans la rue. Toutes les heures à défendre pourquoi il est bien meilleur qu'un autre joueur dans le top 5 ever. Toutes les heures à jouer à "NBA Courtside 2" au Nintendo 64. Tous les moments qui nous ont marqués : le fameux alley-oop de Kevin Garnett à Kobe au All-Star Game en 1998, que j’écoutais en boucle sur cassette, parce que oui, je l'avais enregistré sur VHS. C'est aussi le premier "between the legs dunk" que j'ai vu de ma vie. Le premier Jersey que j'ai acheté de ma vie, à 11 ans, au Pro Sports sur Sainte-Catherine à Montréal…