Messages

2020 en 4 points et 2 leçons (personnelles)

Image
Quand on pense à l'année 2020, on pense au coronavirus, au fameux COVID-19. On pense à cette fichue et paralysante pandémie, qui a éclipsé le reste quasiment tout aussi laid.  Parce qu'en 2020, on a aussi vu, entre autres, le #metoo, le #blacklivesmatter le @realdonaldtrump et le #ripkobe. Et ça, c'est juste ce qui me vient en tête, rapidement, comme ça. *Sigh* On s'entendra certainement pour dire que 2020 ne fut pas la meilleure des années. Si 2020 n'a pas eu beaucoup de moments réjouissants, elle aura néanmoins été un moment de profonde réflexion pour bien des gens. On réalise que le monde change autour de nous. Notre relation avec ce qu'on avait l'impression d'être des repères stables jusqu'à maintenant, a changé. Ces repères n'ont soudainement plus la même aura rassurante. Je ne peux pas parler pour tout le monde, mais je crois que dans la société occidentale dans laquelle ma génération a grandi, on n'est pas habitué à autant d'instab

Pas courir... Parcourir!!!

Image
Il peut être difficile de développer une nouvelle habitude. Pour beaucoup faire de l'exercice serait une première et pour les autres respecter un horaire relève carrément du jamais vu. Demandez de faire les deux et nous voilà déjà épuisés! Vous savez, si la motivation n'est pas le carburant, c'est néanmoins l'étincelle qui part la machine. Si l'on choisit un chemin très abrupt, la machine n'aime pas ça. La motivation se perd, et elle prend du temps pour s'accumuler à nouveau. C'est cyclique. Comme un boost momentané que l'on peut ressentir lorsque nous regardons un des multiples films de Rocky Balboa. 🏃‍♂️🥩🥊  🎶🎵 “Tan, tan tan tan, tan tan tan, tan tan taaaaaaan!!!” 🎵🎶 Il faut donc une passerelle. Il faut développer le goût de bouger. On doit comprendre que bouger plus n'égale pas nécessairement courir ou aller au gym, quoi ça ne l’exclut pas non plus, bien entendu. Ça veut simplement dire ça : de bouger plus. Bouger c’est assez large vous

Un exercice bon pour les os!

Image
J’ai toujours apprécié l’exercice, mais surtout l’exercice « pour les nuls », c’est-à-dire : pas compliqué et à haut rendement. Par exemple, je n’ai jamais trop aimé me déplacer jusqu’à un gym pour courir ou soulever des poids, même si je sais que pour beaucoup il s’agit  d’un élément motivateur et que sans s’y déplacer, ils craignent un relâchement. Et c'est très très bien ainsi, à chacun son truc! 😊 N'empêche, souvent je me dis : « Et si seulement nous bûchions encore notre propre bois ou cultivions encore notre nourriture, tout cela ne serait pas nécessaire pas vrai? Et si au lieu des réseaux sociaux et des jeux vidéos, nous sautions ou dansions encore à la corde et courions après un ballon? » Après tout, malgré toutes les patates, jambon, porc et lard que pouvaient manger nos grands-parents, l’obésité était souvent plus un mythe qu’une réalité...  Aujourd’hui en revanche, nos activités principales (et même souvent secondaires), sont majoritairement sédentaires. Voilà pourq

Pandémie, animaux impurs, quarantaine et Dieu

Image
Perdu au milieu de 1001 théories conspirationnistes et d’opinions de tout acabit, un fait demeure : on doit faire face à la pandémie, ou du moins à ses répercussions. Si c’est quelque chose de faisable sans trop de pépins pour certains, c’est une tout autre histoire pour d’autres. Une question plutôt intéressante, je trouve, est de constater à quel point, encore une fois, la Bible peut nous donner un éclairage assez génial sur plusieurs aspects qui sont étroitement reliés aux pandémies.  Parmi les passages souvent les moins divertissants de la Bible se trouvent des recommandations qui semblent à première vue ne pas nous rejoindre personnellement, mais qui ont bien plus que leur raison d’être. À ce titre, j’aimerais attirer votre attention sur deux d’entre eux : la liste de Lévitique 11, où l’on parle des animaux purs et impurs et ensuite sur les mises en garde et sur les précautions (qu’on pourrait appeler mesures sanitaires aujourd’hui) qui sont préconisées lorsque quelqu’un touche à

L’issue d’un combat (1 an plus tard) - Surmonter l'anxiété et la dépression

Image
On vit dans un monde ou la santé physique et mentale en prend un gros coup. Un monde qui ne prend jamais le temps de s'arrêter. S'arrêter… Mais quelle bonne idée. S’arrêter et parfois même prendre un pas de recul, pour pouvoir mieux reprendre son élan.  Un élan, pour avancer. *** La genèse d’un combat Dans un passé pas si lointain, j'ai dû prendre un « break ». On pourrait dire que j’avais de la difficulté à reprendre mon souffle à la surface de l'eau. Une trop rare bouffée d'air qui ne semblait venir qu'une seule fois par jour, et que je m'efforçais de retenir pour tenter de passer au travers de la journée. Entre deux respirations, je ne vivais pas vraiment, on dirait plutôt que je survivais. Toute la famille marchait constamment sur des oeufs avec moi et devait faire attention pour ne pas me faire craquer et me voir ainsi piquer une colère aussi soudaine que non méritée. Je n'étais assurément pas d'une agréable compagnie.  En fait, sortir du lit le

Notre bain quotidien

Image
La Parole de Dieu est remplie de symboles et c'est une des raisons qui font d'Elle une expérience profonde et vivifiante. Quand on lit les comparaisons extraordinaires que Dieu fait en se disant Lumière, Feu, Marteau, Semence et Pain, on comprend toute l'étendue de son caractère et de Sa capacité à agir dans nos vies de mille et une façons... La lumière est merveilleuse. Elle nous éclaire et éclaire notre chemin (Psaumes 119:105). Elle nous fait voir les coins sombres de notre âme (Éphésiens 5:13), de la même façon que l'on découvrira un coin sale de notre chambre avec un meilleur éclairage. Ce n'est pas pour rien que l'on porte des vêtements foncés. On y voit les taches moins facilement, n'est-ce pas? Dieu est aussi un feu, et un feu dévorant de surcroît. Ce feu pourrait nous brûler, mais il peut aussi et surtout nous purifier. La Bible nous parle de l'argent et de l'or que l'on passe au feu pour enlever toutes impuretés (Zacharie 13:9). Pa

« THE LAST DANCE » : Le goût amer de la recette « Jordan »

Image
Au risque de faire une déclaration incendiaire, je suis un peu déçu de constater toute l'étendue de l'attitude que Jordan a choisi d'utiliser pour carburant durant sa carrière d'indéniable GOAT. Je me souviens très bien de la finale des Bulls contre le Jazz en 1998. Je l'avais enregistré sur VHS et écouté tôt le lendemain matin avant d'aller à l'école (parce que c'était période d'examen et mes parents ne voulaient pas que je me couche trop tard, bien sûr! :) ) C'était l'époque ou Dennis Rodman était un de mes joueurs préférés juste avant l'ascension de Kobe. Mais c'était malgré tout évidemment Jordan mon « vrai » joueur préféré, parce que c'était la chose logique à affirmer pour un jeune ado de 12-13 ans. Bon, c'est sûr que j'ai toujours su que Jordan était un trashtalker comme pas un. Je connaissais les histoires de batailles avec ses coéquipiers durant les pratiques et celle du fameux shutdown de Kukoc aux Olympi