Le plus précieux trésor d'un enfant, c'est l'activité avec papa et maman!

Récemment, je me demandais si je ne devrais pas, en bon père "jouer" plus avec mes enfants. Étant une personne très orientée vers une certaine forme de productivité, pour moi, jouer dehors l'hiver avec les enfants veut souvent dire leur lancer un peu de neige pour les faire rire pendant que je pellette l'entrée. Pas que je ne les aide pas du tout à construire ce fort qui les aidera à vaincre les fameux ennemis, au contraire, je dépose la neige pelletée à un endroit bien stratégique choisi par mes petits ingénieurs. D’ailleurs, ils aiment beaucoup m’aider à la tâche en empoignant chacun leur pelle. Bref, joindre l’utile à l’agréable, vous voyez le genre.


En partageant ce point avec ma femme alors que je culpabilisais un peu, elle m'a offert cette réflexion : "Chani, n'oublie pas que des enfants, ils ne font pas nécessairement ce qu’ils aiment, mais ils aiment plutôt ce qu'ils font". Elle ne voyait pas réellement de problème avec ce que je lui avais partagé, tant et aussi longtemps que je passais du temps avec mes enfants. Ce qu'on faisait, même si ce n'était pas que du "jeu" au sens pur de la définition, l'était tout comme pour eux.

Ce qu'elle m'a dit m'a beaucoup fait réfléchir. La bible nous exhorte à plusieurs endroits à ne pas être oisifs, en nous parlant dans les proverbes des fourmis qui travaillent (Proverbes 6:6 et 30:25) et du paresseux qui trouvent trop dur de ramener la main à sa bouche qu'il avait plongée dans le bol de nourriture (Proverbes 26:15 et 19:24). Mais le verset qui m'interpelle le plus est celui qui dit : "Le précieux trésor d'un homme c'est l'activité" (Proverbes 12:27).

Tranquillement, notre conversation a fait son chemin dans ma tête et j'ai éventuellement pris conscience qu'au final, il n'est peut-être pas réellement nécessaire d'acheter tous les 50 000 jouets qu’on propose à nos enfants pour les divertir et les "occuper". Dans la maison, il y a toujours quelque chose à faire et les enfants vont aimer le faire avec leurs parents. Je parie même que si on ne les inclut pas dans notre besogne, il y a de fortes chances qu'ils se mettent de toute façon à trouver des jouets avec lesquels ils se mettront tout bonnement à nous imiter en train de faire la tâche en question (faire semblant de faire à manger avec des jouets à côté de maman qui fait vraiment à manger, par exemple). C'est en tout cas ce qui arrive fréquemment chez nous, j’imagine que chez vous aussi, fort probablement. Vous voyez un peu l'idée? Mais soyons clairs : je ne cherche évidemment pas à condamner l'idée même de purement et simplement jouer avec eux (comme au Lego, par exemple), non, non! Qu'on soit clair là-dessus! Mais je crois qu’à force de ne pas tracer nous-mêmes de ligne entre le temps de travail et le temps de jouer avec des phrases du genre : "quand tu auras fini ton travail, tu pourras aller jouer", il y a de bonnes chances que l'enfant n'en trace pas non plus, ou finisse par ne plus le faire.

Mais ***Attention*** il faut certes un temps d'adaptation pour inclure les enfants dans nos activités, surtout si on ne le fait pas ou que très rarement. Il faut admettre qu'un enfant n'est pas très très efficace au début, voire parfois dangereux pour lui-même et pour les autres 😅, bref il faut tout leur montrer... J'étais le premier à vouloir sortir les enfants de la cuisine quand je cuisinais ou quand je faisais la vaisselle, car ça allait beaucoup plus vite sans la marmaille dans les pattes voyons! Mais je crois qu’à long terme tout le monde sort gagnant à apprendre à travailler ensemble! 😊

Voilà donc une belle façon de passer du temps en famille, d'avancer dans nos activités quotidiennes (plus l'fun à dire que tâches ou corvées) tout en montrant de bonnes habitudes et de bonnes méthodes de travail à nos enfants, mais surtout, en mettant à l'épreuve notre patience, ce qui est excellent pour l'amélioration de notre caractère 😁.

Vous voulez des idées? En voici quelques-unes toutes simples qui ne nécessitent pas trop trop de supervision et qui peuvent être un bon point de départ :
- Acheter des arachides avec écailles, plutôt que déjà écaillées et donner pour tâche aux enfants d'en écailler une quantité pour une recette que nous voulons faire.
- Éplucher les épis de maïs.
- Acheter plusieurs balais, de différentes tailles pour que les plus petits aussi puissent balayer le plancher. (Ce n'est pas grave si on départ ils étendent la poussière au début plus que de la ramasser)
- Avoir plusieurs pelles pour pelleter la neige en même temps que papa ou maman.
- Rentrer les sacs d'épicerie, pas besoin de leur donner un sac plein, juste choisir un article pas trop fragile selon l'enfant et lui demander d'aller le porter sur le comptoir et de revenir pour qu'on lui en donne un autre. (ex: la laitue, ensuite 1 sac de gruau, ainsi de suite)
- Placer les souliers dans l'entrée.
- Arroser les plantes.
- Émietter le tofu dans un bol pour une recette.
- Mettre les livres de la bibliothèque d'enfants en ordre de grandeur (si vous avez, chez nous c'est plutôt l'étage du bas de notre bibliothèque qui est réservé aux livres des enfants).
- Lors d’un déménagement, écrire sur la boîte où elle doit aller (salon, cuisine…) ou ce qu’elle contient (jeux, vaisselle…)

Bref, vous voyez le principe et si je ne vous apprends rien, je vous encourage simplement à continuer, même si c'est souvent tentant de faire sans les enfants et de les envoyer jouer pour se libérer les pattes. De toute façon, si c'est chez vous comme chez moi, les envoyer jouer est souvent synonyme d'interventions parentales inévitables à répétition, ce qui n'est pas plus rapide au final, si on y pense bien.


En quelques mots : ne lâchons pas! Cultivons les bonnes habitudes de travail, élevons nos enfants dans la voie qu'ils doivent suivre et ils grandiront avec une discipline, un savoir-faire et un sens des responsabilités au bénéfice de leur caractère.

En terminant, je crois fermement qu’entretenir les bonnes habitudes, comme les mauvaises, c’est comme un sentier que l'on emprunte chaque jour et qu’à force d’y marcher on y abaisse l’herbe haute : il devient de plus en plus facile d'y circuler... et de plus en plus contre-intuitif de s'en détourner! Dirigeons nos petits le temps qu’il le faut pour que le sentier soit tracé et menons donc la marche nous-mêmes puisque c’est la meilleure façon d’y parvenir.

Alors chers amis, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter de douces et agréables randonnées avec vos enfants, car le plus précieux trésor d’un enfant, c’est l’activité avec papa et maman! 😉

Commentaires

Populaires

Un choc.

En a-t-on fini avec Dieu?

La nostalgie une maladie?